Actualités

du vendredi 14 au dimanche 16 novembre 2014



L'Amandier à l'Autre Livre !

 

Les Éditions de l’Amandier auront le plaisir de vous retrouver au

Salon des éditeurs indépendants l’Autre Livre

Stand C22


le vendredi 14 novembre

à 14h, Joëlle Gardes dédicace Sous le lichen du temps

le samedi 15 novembre

à 16h Nicolas Ragu dédicace Chrysanthèmes

le dimanche 16 novembre

à 14h Luc Tartar dédicace Les bassines

Salon des éditeurs indépendants - Espace des Blancs Manteaux, 48 rue Vieille du Temple, Paris 4

http://www.editionsamandier.fr

Au plaisir de vous y retrouver !



 

 

 



Lundi 24 novembre à 19h30



Lecture de Chrysanthèmes au Studio Raspail

L’Association Paroles à Dire, Les éditions de l’Amandier et la Société littéraire de La Poste, 
sont heureuses de vous inviter à une soirée autour de 

Chrysanthèmes

de Nicolas Ragu

avec France Darry et Nicolas Ragu

Et Natacha Jouët, dite l'Acantah, pour accompagner de son chant.
 

Lundi 24 novembre à 19h30  

La soirée se terminera par un cocktail

Réservation conseillée par mail : editionsdelamandier@wanadoo.fr

Studio Raspail

216 boulevard Raspail 75014 PARIS

(Métro Vavin ou Raspail)

 Au plaisir de vous y retrouver !


 


Recherche par mots clés :                
Le bal des hippocampes
ISBN : 978-2-35-516-166-7
180 pages

16 €

Le bal des hippocampes

Poète majeur, le réunionnais Boris Gamaleya construit
dans la lenteur et l’opiniâtreté, patiemment et
impatiemment tout à la fois, une œuvre singulière
regorgeant de nourritures indissociablement terrestres et
spirituelles, afin d’en faire office de viatique pour les
lecteurs sensibles aux enjeux profonds de notre époque,
aux antipodes des agitations superficielles.
Nouvelle étape dans ce voyage en poésie, Le Bal des
hippocampes est une sorte de glossaire vivant, en
mouvement, tout frémissant et palpitant, une arche de
Noé pour les mots et les choses dotée d’une énergie
inépuisable, une espèce d’encyclopédie volubile de tout ce
qui existe. Y cohabitent en effet non seulement toutes
sortes de tournures, des plus alambiquées aux plus
limpides, des plus complexes aux plus directes, des plus
précieuses aux plus simples et dépouillées, mais encore
beaucoup de langues, comme pour renverser le mythe
malencontreux de Babel en chance et en bonheur.
Le lecteur, dépouillé de ses habitudes mentales, assiste
à une formidable fête de l’esprit, où triomphe la vibration
contagieuse qui anime ce que la science contemporaine
nomme interdépendance universelle et qu’Hippocrate
décrivait en affirmant que « tout respire avec tout ».
Patrick Quillier